Historique

source : Wikipedia

Des origines La pratique du baseball au PUC débute en 1923. La première affiliation du PUC à la Fédération Française de Baseball et de Thèque date de l’année 1924. Le PUC fait partie, à travers son président Jean Petitjean, des clubs fondateurs de la fédération le 30 octobre 1924, à l’occasion des matchs d’exhibition des New York Giants et des Chicago White Sox au Stade Olympique de Colombes.

Première renaissance : 1954-1956

Pour sa première année de renaissance, la section baseball du PUC se hisse en finale du championnat de France (la première finale nationale de son histoire), face au Stade Français, s’inclinant 10 à 8. L’année suivante, le PUC affronte une nouvelle fois en finale du championnat de France le Stade Français et s’impose 8 à 5, obtenant le premier de ses titres nationaux. cette année là, deux joueurs de l’équipe seront sélectionnés pour représenter la France au championnat d’Europe à Barcelone. A l’issue de la saison 1956, le PUC Baseball disparaît à nouveau.

Deuxième renaissance : 1962-1963 Cette renaissance ne durera que deux saisons durant lesquelles 12 joueurs seront sélectionnés en Équipe de France pour le Championnat d’Europe d’Amsterdam en 1962. En 1963, le PUC joue la Coupe d’Europe des clubs et s’incline, à Rocquencourt, en quarts de finale face au Picadero de Barcelone 9 à 2. A l’issue de la saison, le club disparaît une nouvelle fois.

Troisième renaissance : 1965 De 1965 à la fin des années 70 L’année 1965 marque la renaissance définitive du club et le début de son développement tant sportif que structurel.

Entre 1965 et 1979, le PUC va remporter 8 titres de Champion de France (1965, 1966, 1970, 1972, 1973, 1975, 1976, 1977), terminant 4 fois 2e, 2 fois 3e et 1 fois 4e les autres années. Les années 70 seront rythmées par les joutes nationales avec l’autre grand club de cette période, le Nice Université Club (NUC).

Dans le même temps, le PUC acquiert une réelle expérience internationale. Il réalise sa première tournée mondiale en mars 1970 en Italie en jouant à Parme, Casalecchio di Reno, Bologne, Rome et Florence. Toujours en 1970, après avoir reçu une équipe universitaire Sud-africaine, l’équipe se rend en Suède à Leksand et Stockholm, signant sa première victoire internationale contre les Stockholm All-Stars, 14 à 11. En juillet 1973, le PUC Baseball effectue sa première tournée outre-Atlantique au Québec avec notamment une victoire 4-0 contre les Braves de Brossard. En se confrontant au niveau international, le PUC va connaître des fortunes diverses, collectionnant quelques déroutes, dont un cinglant 19-0 face au Monténégro en Coupe d’Europe 1973, ainsi que de nombreuses places d’honneur dans d’autres compétitions européennes (2e de la Coupe Méditerranéenne 1974, 2e de la Siljancup 1971 en Suède, 2e du tournoi de Borgherout en 1972, 2e du tournoi international de Paris en 1979).

Cet apprentissage, tantôt douloureux, tantôt heureux, sera marqué par l’une des plus belles réussites du baseball français au niveau européen, la 4e place du PUC lors de la Coupe d’Europe de 1976 disputée à Madrid en Espagne. Seul Rouen fera mieux en atteignant la finale de la Coupe d’Europe 2007. Régulièrement, le PUC comptera de nombreux joueurs sélectionnés en Équipe de France.

L’autre fait marquant du club, lors de cette période, est la structuration du club qui voit la création de nombreuses équipes en son sein : l’équipe réserve dès 1966, l’équipe Cadets en 1970, l’équipe Juniors en 1973, l’équipe de Mini-baseball en 1977, l’équipe de Softball féminin en 1978.

Cette évolution va pérenniser la structure du club qui, tout en continuant à être performant au haut niveau, devient un club formateur pour les plus jeunes et ouvert à la pratique féminine.

L’âge d’or du club : 1980-1994 Pendant près de quinze ans, le club va régner de manière hégémonique sur le baseball français, notamment de 1982 à 1992, remportant 11 fois consécutivement le titre de champion de France, record historique à ce jour. En prenant en compte le titre de 1980, le PUC remporte 12 fois le titre entre 1980 et 1994, se contenant de la deuxième place en 1982, 1993 et 1994. Il remporte également la première édition de la Coupe de France en 1993.

Mais ce qui constitue cet âge d’or ne s’arrête pas seulement aux performances nationales de l’équipe première. Elle concerne tout le club, aussi bien les performances des autres équipes que la création de nouvelles sections, la manière d’aborder la gestion du club ou la compétitivité sur le plan européen.

Trois nouvelles équipes sont créées. En 1983 ont lieu les premiers matchs de l’équipe de Softball masculin contre les Québécois de Berthierville (perdus 3-12 et 2-7). Le club créé en 1988 une section Cricket qui pour sa première année termine 3e du Championnat de France et remporte le 1er tournoi international de Paris. Enfin, en 1989, c’est la création de l’équipe Espoirs de baseball.

Toutes les équipes du club collectionnent les titres et les places d’honneur. Les équipes jeunes (juniors, cadets, minimes) réalisent même par trois fois le grand chelem en étant toutes championnes de France en 1988, 1993 et 1994. Le Softball féminin remporte deux fois le championnat de France durant cette période et il en est de même pour le cricket qui s’impose en championnat de France en 1993 et 1994 après trois coupes de France remportées en 1991, 1992 et 1994. Même le PUC 2 remporte son titre, celui de Champion de France de D2 en 1990. Au total, le PUC, toutes catégories confondues, va amasser pas moins de 41 titres nationaux de 1980 à 1994.

Cette période marque également un véritable essor sur le plan international. Tout d’abords pour l’équipe première de baseball qui multiplie les apparitions sur la scène européenne avec des tournées en Italie (1980, 1986)[4], des titres en tournois internationaux (Utrecht 1982, Thiais 1982, Zulpich 1987, Trophée Riopelle 1990, Ronchin 1994) et de belles prestations en Coupe d’Europe B (invaincu en 1986 et 1989) ainsi qu’en Coupe d’Europe A où il termine pour la deuxième fois demi-finaliste en 1993 (après la demi-finale de 1976 à Madrid). Surtout, il signe l’une des plus belles performances de l’histoire du baseball français en battant le club de Rimini, alors champion d’Europe en titre, en Coupe d’Europe A 1990 sur le score de 11 à 4. Le lanceur vainqueur, Anthony Chavez, alors universitaire des San Jose State Spartans, effectue une pige au PUC. Il sera le premier puciste à jouer en Ligue majeure de baseball. A cours de l’année 1984, le PUC participera même, en parallèle du championnat de France D1, au championnat de Belgique D1, terminant à une belle 6e place. L’équipe totalisera cette année-là 80 matchs officiels et se confrontera en match amical à l’Équipe nationale de Chine Populaire. Le PUC sera défait en 10e manche sur le score de 11 à 15 à la Cipale devant 712 spectateurs payants.

Parallèlement, le Softball féminin participe à ses premières coupes d’Europe en 1986 et 1988 (lors de cette dernière compétition, l’équipe signera sa première victoire internationale face à Munkene). Elle affronte en 1987 l’équipe nationale du Japon, match perdu 0 à 14. Le cricket participe aussi à ses premières compétitions européennes et termine 5e en 1994. Enfin, fait marquant du développement du club et de ses structures jeunes, le PUC envoie en stage, au cours de l’année 1991, 52 cadets et juniors en Floride.

Conséquences logiques de son développement et de ses performances sportives, le club fournit de nombreux joueurs aux équipes de France, voit de grands noms du baseball français naitre, évoluer ou passer en son sein (Emmanuel Dubaut, André Lebhar, Arnaud Fau, Jamel Boutagra, David Meurant) et surtout accueille en 1989 comme entraineur Yoshio Yoshida, ancien joueur professionnel japonais de baseball, plusieurs fois manager de l’équipe professionnelle japonaise des Hanshin Tigers et élu au Temple de la renommée du baseball du Japon en 1992. Une vraie révolution au PUC et dans le baseball français, symbole alors de l’âge d’or du club et du développement du baseball dans l’hexagone.

De 1995 à aujourd’hui C’est donc au milieu des années 90 que la suprématie du PUC va être contestée et en premier lieu celle de son équipe première. Le PUC termine 6e des championnats de France 1995 et 1996, puis tombe à la 8e place en 1997. Elle connaît un retour aux premières places, d’abord timide en 1998 en terminant 5e de la saison régulière mais finaliste en 1999 pour, au final, remporter de nouveau le titre de champion de France en 2000. Jusqu’en 2003, le PUC n’avancera pas plus loin que less demi-finale du championnat de France mais reste une équipe compétitive, y compris sur la scène européenne avec notamment des 2e et 3e places respectivement en Coupe des Coupes B en 2000 et en Coupe CEB A en 2002.

Jusqu’en 2003, les équipes jeunes de baseball et les équipes de cricket continuent de récolter les titres et les places d’honneur. Les jeunes baseballeurs pucistes ramènent au club dix titres de champion de France de 1995 à 2003 dont la moitié provient de l’équipe Junior. Le cricket n’est pas en reste puisqu’il gagne ces années-là cinq titres de champion de France, une coupe de France, atteint deux fois les demi-finales de la Coupe d’Europe en 1995 et 1999 et réalise sa meilleure performance en 1998 en devenant finaliste de cette même compétition.

2004 marque un véritable tournant. Le PUC ne récolte cette année-là aucun titre dans aucune catégorie, une première depuis 1981 et la finale perdue du championnat de France contre le NUC. L’équipe première de baseball termine 6e en Élite. Les autres équipes, réserve, jeunes, cricket récoltent des places d’honneur qui, les années avançant, deviendront plus rares. Depuis 2004, le PUC n’a gagné qu’un seul titre national, celui de champion de France 2008 en catégorie Minimes. L’équipe première de baseball n’a pas fait mieux qu’une avant dernière place en 2007 et en 2009, elle connaît même la relégation en N1 durant une saison avant de retrouver l’Élite en 2010.