Opening Day PUC vs Rouen : discussions d’avant match avec K. Mattison, J. Murrey, B. Dubaut, D. Sanders et M. Abeita !

À moins de deux jours du choc entre le PUC et Rouen, le champion de France, nous sommes allés à la rencontre du nouveau head coach de l’équipe première Kieran Mattison, des trois recrues américaines de la saison -James Murrey, Delvin Sanders, Mitch Abeita- ainsi que de Bertrand Dubaut, joueur emblématique de l’équipe.

Kieran Mattisson, Head Coach

Kieran, tu es venu en France pour tes études mais tu as accepté le challenge de coacher le PUC en même temps. Quel est ta motivation ?

Ma motivation pour coacher en étant étudiant est simple… ma passion du baseball ! Avoir une opportunité de coacher et de jouer un sport que j’adore dans un pays étranger est une bénédiction ! C’est aussi une opportunité de prendre chaque expérience que je partage avec les joueurs au sein du PUC. J’ai eu la chance d’avoir sept de mes coachs de Ligues Mineures qui soient maintenant coachs en MLB… coaché par Tom Goodwin (NY Mets), Wayne Kirby (Baltimore Orioles), Torey Lovullo (Boston Red Sox), John Farrell (Boston Red Sox), Derek Shelton (Tampa Bay Rays), Scott Radinsky (2012 Cleveland Indians). J’étais comme une éponge sous ces coachs et j’ai appris beaucoup de choses.

De nombreux joueurs ont rejoint le PUC durant l’intersaison. Quel fut le travail effectué pour préparer la saison ?

Répétition, fondamentaux, répétition… C’est ce que nous faisons pour préparer la saison. C’est très important d’essayer de faire les choses de la bonne manière afin d’être en mesure d’avoir les bonnes mécaniques dans la mémoire de vos muscles dans toutes les facettes du jeu.

Après les matchs de pré-saison, comment sens tu la saison à venir et notamment les prochains matchs contre Rouen ?

Après les matchs de ce printemps, je sens très bien la saison. Nous avons toutes les pièces du puzzle pour réussir. Pendant toute la durée de la saison, nous devons continuer à être meilleur chaque jour et rester concentrer comme équipe. Rouen, ce sont juste nos prochains adversaires qui nous donnent une opportunité de jouer notre jeu contre eux.

Après trois mois en France, comment trouves tu le niveau du baseball français ?

Le baseball français est bon et il a beaucoup de potentiel. La chose la plus importante est d’avoir un système qui permette à tout le monde d’apprendre le jeu et d’appliquer ce que l’on apprend du jeu. Il y a beaucoup de talent en D1.

Dernière question ! Neufs saisons pros en Ligues Mineures, en Ligues indépendantes et à l’étranger, un vrai road trip ! Tu n’en as pas assez du baseball ?

Quand le baseball est ta passion, tu ne peux obtenir assez de lui, peu importe combien de temps tu as été autour de lui. Même si tu essaies de t’éloigner, il peut être comme la gravité et t’attirer à lui. Partout où j’ai voyagé pendant ces neuf années, j’ai eu l’opportunité de créer d’excellentes relations avec les gens et maintes leçons de vie qui n’ont pas de prix !

James Murrey

James, deuxième saison au PUC, troisième en France. Qu’est-ce qui t’a motivé à revenir ? Notre gastronomie ou tu veux finallement battre Rouen pour le titre ?

Il y avait un tas de raisons pour moi de revenir cette année. J’ai apprécié mon séjour à Paris l’année dernière et j’espère continuer à passer du temps avec mes amies et ma petite amie ici. Ce fut une douce transition en venant ici et je me réjouis de ce que l’avenir me réserve. Concernant le baseball, je veux être plus compétitif dans la ligue et jouer le gain d’un championnat. Que ce soit cette année ou durant les prochaines années, je pense que le PUC a la capacité de devenir un club de premier plan en France. Ça demande beaucoup de travail mais ça fait partie du plaisir.

Avec beaucoup de nouveaux joueurs et un nouveau coach, qu’est-ce que tu attends de cette nouvelle saison, pour toi et l’équipe ?

Mon ambition pour cette saison serait d’améliorer ce que j’ai accompli personnellement la saison dernière et pour l’équipe de continuer à nous améliorer et de voir des résultats positifs. Nous avons une bonne équipe cette saison, avec beaucoup plus d’options stratégiquement que nous en avions l’année dernière. Nous avons aussi plus de qualité au niveau des lanceurs français, ce qui est sans doute la chose la plus importante pour séparer les équipes de tête.

Maintenant, tu connais vraiment bien le championnat français. Quelles équipes vont concourrir pour le titre ?

Pas sûr de ce qu’on peut attendre de cette saison concernant la ligue. J’ai une idée générale des équipes qui vont concourir pour le haut du tableau (Rouen, Sénart, PUC probablement). Mais après ça, tout peut arriver.

Bertrand Dubaut

Bertrand, comment vois tu cette saison D1 2013 d’une manière générale et pour le PUC en particulier ?

Le PUC a clairement la possibilité de faire de grandes choses cette saison. Jeff Stoeckel a apporté énormément de choses au noyau de l’équipe, et l’arrivée de Kieran Mattison devrait permettre de concrétiser tous ces efforts faits lors de ces trois ou quatre dernières années.

Personnellement, quels sont tes objectifs cette saison ?

Et bien cette saison, j’aimerais vivre quelque chose de grand avec ce PUC Baseball 2013. Continuer à progresser à la frappe, devenir un meilleur joueur chaque jour, sur lequel on peut compter dans les moments importants d’une rencontre (on se rappelle de son triple décisif dans le troisième match tout aussi décisif contre Montpellier en quart de finale la saison dernière, cf ; photo ci-dessous, ndlr).

JPEG

Ce dimanche, premier vrai choc de la D1 ? Rouen, équipe intouchable pour le PUC 2013 ?

C’est vrai qu’on commence la saison très fort. Jouer le champion en titre dès notre entrée en lice, c’est dur. Maintenant nous avons tout de même eu une bonne préparation. Et Rouen n’est pas imbattable. Ils ont réussi à maintenir un très bon niveau de jeu depuis 10 ans maintenant, en renouvelant sans cesse leur recrutement et en obtenant des joueurs français de manière intelligente. Le PUC aussi a progressé, certes avec un bon recrutement, mais également grâce aux progrès de chaque joueur composant le noyau originel de cette équipe. Et le PUC construit également pour le futur : le retour de Farouk Messagier et Jean-Baptiste Meunier pour entraîner l’équipe 2 n’est pas anodin. Entre Kieran, JB et Farouk, nous avons certainement l’un des meilleurs staffs de France. Et nos jeunes promettent.

Comment est l’ambiance dans l’équipe avec tant de nouvelles recrues ?

Il n’y a pas tant de nouvelles recrues que ça : Oscar Saavedra fait son retour après un an aux Patriots, Hasely Medina revient également après son séjour à Chartres. Le recrutement étranger est également de qualité. Mitch Abeita est clairement impressionnant tant offensivement que défensivement. Delvin Sanders nous apporte la vitesse qu’il nous manquait en tête de line-up. Enrique Trinidad un lanceur français en plus, Alex De Fontaine un bon catcher Français et la bonne surprise de la saison, Aram Kushigian amène un bâton solide et fait le job en seconde base. Et l’équipe 2 n’est pas en reste et devrait tenir son rôle d’équipe de réserve en cas de besoin. L’intégration se fait extrêmement bien, c’est comme s’ils avaient toujours été là. Reste plus qu’à exécuter les jeux, rester forts dans nos têtes, concentrés, et la saison devrait se dérouler comme prévue.

Delvin Sanders

Delvin, peux tu présenter ton parcours « baseball » ?

J’ai joué quatre ans au baseball universitaire à la Texas Southern University, et j’ai eu l’occasion de jouer pro brièvement pour les Dawgs Corpus Christi Beach en 2008.

Pourquoi venir jouer en France ? Ma motivation pour jouer en France est l’Amour. L’Amour du jeu. Peu importe où vous alliez dans le monde, le jeu est toujours le même. Vous avez encore à lancer, frapper, et attraper. Il s’agit d’une excellente occasion de faire ce que j’aime à Paris.

Après un mois en France et quelques jours avant le début de la saison contre le champion de France, comment vois tu la saison ? L’ouverture de la saison avec les champions en titre sera une occasion de faire une déclaration à la ligue, et avec une victoire, cela nous donnera une avance tôt dans le classement. Nous voulons commencer sur un rythme fort et terminer la saison tout aussi fort, mais nous allons prendre un match à la fois.

Mitch Abeita

Ligues Mineures, Ligue indépendante, champion du Panama (cette hiver, ndlr) et maintenant du baseball en France. Quelle est ta motivation pour jouer en France après plusieurs années dans des ligues pros américaines ?

C’était une grande opportunité de faire partie d’une organisation de premier ordre comme le PUC. Quand je suis arrivé, je connaissais un peu l’histoire du PUC et je voulais représenter Paris. Avec la popularité du baseball grandissante dans le monde, les organisations comme le PUC sont extrêmement importantes pour le développement du baseball en France.

Après un mois avec l’équipe, quels sont tes objectifs pour toi et l’équipe ?

Pour moi, je veux améliorer ma défense et avoir des passages au bâton de qualité. Pour l’équipe, nous allons dans le bon sens. Nous avons besoin de continuer à améliorer notre défense et nos courses sur base et avec un Head Coach comme Kieran Mattison, nous nous dirigeons dans la bonne direction.

Pour le moment, après les matchs de pré-saison, comment vois tu le niveau du baseball en France ?

Le niveau du baseball en France est bon. Nous devons jouer toute équipe comme s’ils étaient les Yankees. Nous avons une bonne équipe cette année et j’ai hâte d’apprendre à mieux connaître mes coéquipiers. Le baseball est un jeu de relations, et mieux est l’alchimie au sein d’une équipe mieux elle performera . Nous avons plusieurs gars de pays et passés différents. Cela va être amusant de regarder cette équipe progresser cette année.

Dernière question : est-ce vrai que tu as catché Mariano Rivera (le closer des New York Yankees et plus grand closer de l’histoire de la MLB, ndlr) quand tu jouais pour aux Yankees ?

Oui, c’est vrai ! J’ai catché Mariano Rivera (le rêve de tout receveur assurément, ndlr).

Ces interviews devraient vous avoir convaincu de venir nous rejoindre ce dimanche à 11h00 et 14h30 au Stade Pershing pour le choc des Grands du baseball français. Attention, niveau de jeu attendu : fort et explosif !

JPEG